Chercher  
Association Fort Casso
Association Fort Casso
Petit ouvrage de Rohrbach
Petit ouvrage de Rohrbach
casso.fortiff.be
casso.fortiff.be

Rohrbach (petit ouvrage de)
   Un maillon Maginot
   Implantation de l'ouvrage
   La zone arrière
   La partie avant
   Historique de l'ouvrage
      Avant la tourmente
      L'affaire des Sudètes
      Prise en main de l'ouvrage
      Les visiteurs célèbres
      Offensive de la Sarre
      Les corps-francs
      La vie au Bloc 3
      Chienne de vie
      Binus le cochon
      Tourelle Cauchy
      Noël 1939
   Remerciements
Association Fort Casso
Le pays de Bitche
En savoir plus
LA LIGNE MAGINOT


Tourisme-Lorraine

Tourisme-Lorraine

[c22]           


Historique de l'ouvrage de Rohrbach [471]

Cette page retrace toutes les étapes importantes qui constituent l'historique de l'ouvrage de Rohrbach depuis les premier plans jusqu'à nos jours.

1929-1935
Construction et finition de l'ensemble de la Ligne Maginot: c'est le programme dit des “anciens fronts”.

1934
En juillet, vote de la loi budget, destinée à colmater le dispositif des “anciens fronts”, c'est le début des chantiers dits des “nouveaux fronts” en Lorraine, dans les Ardennes et dans le Nord. Début des travaux de l'ouvrage de Rohrbach.

1938
Fin de travaux de l'ouvrage de Rohrbach. La troupe s'occupe des finitions

20 septembre 1938
Mesure 21, début de la mobilisation active et classe 1935 pour réagir à l'affaire des Sudètes. Occupation des avant-postes et chargement des dispositifs de mines. Le lieutenant de Saint Ferjeux, nouvellement arrivé dans le secteur, dirige la manoeuvre.

23-24 septembre 1938
Mesure 27, arrivée des frontaliers en désordre, certains étant pris de boisson...

26-27 septembre 1938
Mesure 41, arrivée des réservistes de l'intérieur, panique et anarchie

1er octobre 1938
Accords de Munich, démobilisation

13 mars 1939
Mesure 10, nouvelle alerte: les Allemands entrent en Tchécoslovaquie. Le capitaine Gay passe le commandement de l'ouvrage de Rohrbach à de Saint Ferjeux. Cette occupation de l'ouvrage qui durera un mois, permettra au nouveau commandant “d'instruire et de dresser l'équipage” (sic).

21 août 1939
La crise germano-polonaise déclenche la dernière alerte. A 17h occupation définive de l'ouvrage par l'équipage. La guerre est proche.

25 août 1939
Le 153eme RIF de paix donne naissance aux régiments de guerre: 133eme RIF, 166eme RIF et 153eme RIF

2 et 3 septembre 1939
Mobilisation générale et déclaration de guerre.

9 septembre 1939
Offensive française dans la forêt de la Warndt, pour soutenir la Pologne attaquée. L'ouvrage de Rohrbach assiste à l'aller-retour des troupes engagées.

Octobre 1939
Les Armées s'enlisent dans l'immobilisme de la “drôle de guerre”.

25 décembre 1939
De Saint Ferjeux, nommé capitaine, est détaché comme commandant du corps-franc pendant cinq mois.

10 mai 1940
C'est la fin de la drôle de guerre. Hitler frappe en Belgique et dans les Ardennes.

13 mai 1940
Percée à Sedan.

10 juin 1940
Arrêt de l'alimentaton électrique des ouvrages Maginot et des casemates. Les groupes électrogènes sont mis en marche. L'Italie déclare la guerre à la France. Les troupes de Mussolini seront stoppées par la Ligne Maginot des Alpes.

13 juin 1940
Comme l'ensemble du 43eme Corps d'Armée, le 166eme RIF reçoit l'ordre de repli. Seuls restent en place les équipages de casemates et d'ouvrages mais aussi les soldats des avant-postes. Les troupes d'intervalle se mettent en route à 21h vers le col du Donon. A partir de cette date, les soldats restés sur place, visitent les positions abandonnées pour récupérer ce qui peut l'être et saboter le reste.

14 juin 1940
Des vagues d'avions de bombardement allemands survolent le secteur. l'équipage de l'ouvrage assiste de loin à la violente tentative de percée allemande sur le front de la Sarre entre Sarralbe et Puttelange. Malgré l'énorme déploiement d'artillerie et d'aviation, les troupes coloniales résistent. Cependant, la nuit venue, les troupe de la Sarre reçoivent l'ordre d'évacuation, laissant le chemin libre à la 1ère armée allemande. Les Allemands entrent dans Paris.

15 juin 1940
La 262eme division d'infanterie lance des actions contre les avant-postes entre Gros Réderching et Bitche. En fin d'après-midi, une patrouille quitte l'ouvrage de Rohrbach. Elle part en direction de l'avant-poste de la ferme Offerding. Le lieutenant Damour doit vérifier que les queslques hommes de l'avant-poste connaissent les consignes de l'évacuation fixée cette nuit à 21h. Une patrouille de reconnaissance allemande occupe déjà la ferme. C'est le drame. Le lieutenant et un soldat sont tués. Ce seront les seules pertes subies par l'équipage de l'ouvrage. A 21h30, les avant-postes décrochent protégés par un violent tir du 59eme Régiment d'artillerie des régions fortifiées. Les artilleurs se replient à leur tour. Au cours de l'après-midi, les ouvrages reçoivent avec effroi l'ordre du général Lescanne de préparer le sabordage de la Ligne Maginot. Toute la nuit, les ouvrages préparent les destructions et attendent l'ordre de repli. LE moral est au plus bas. Le Rhin est franchi par l'armée allemande.

16 juin 1940
Les troupes allemandes s'engouffrent dans la trouée de la Sarre. Une partie se dirige vers Metz, l'autre partie vers les Vosges. Le 262eme division d'infanterie prebd contact avec le sous-secteur de Bining. Des patrouilles de reconnaissance visitent Bettviller, Gising et Gros-Réderching.

17 juin 1940
Les équipages des ouvrages sont rassurés. Ils restent dans la position fortifiée mais ils sont seuls, isolés et bientôt encerclés par la 262eme division d'infanterie allemande. L'ouvrage de Rohrbach ouvre le feu sur une patrouille de reconnaissance allemande sur les hauteurs de Guising: 1 oficier tué (lieutenant Just) et deux blessés graves. 17h30, allocation radiodiffusée du marécham Pétain annonçant les pourparler d'armistice. Le général Guderian et ses blindés atteignent la frontière suisse, coupant la route aux troupes d'intervalles réfugiées dans les Vosges.

19 juin 1940
L'ouvrage de Rohrbach repère une infiltration de l'ennemi le long de la voie ferrée vers la casemate de Binig. Le Simserhof intervient. L'abris de Rohrbach signale la présente d'un important convoi de camions ennemis qui envahit le casernement de Rohrbach. Les canons su Simserhof les en délogent. Quatre prisonnier allemands sont amenés à l'abri de Rohrbach. Le lieutenant Hauth, de la casemate de la station de Rohrbach, assure l'interrogatoire.

20 juin 1940
Les Allemands s'installent dans Rahling et Oermingen. Des reconnaissances observent les arrières des ouvrages. Les 486eme et 482eme régiments d'infanterie allemands traversent la Sarre.

21 juin 1940
A 13h30, les canons de 150 mm ouvrent le feu sur le Welschhof. Ils sont rapidement réduits au silence par un tir précis du Simserhof. A 17h, les troupes d'assaut allemandes tentent une attaque de diversion. Les assaillants, arrivant du cimetière de Gros-Réderching, sont facilement repoussés par le Welschhof. A 15h, les pièces d'artillerie allemandes commencent le pilonnage du bloc entrée du Haut-Poirier. A 21h, l'ouvrage du Haut-Poirier ainsi que les cinq casemates qui en dépendent, se rendent. Les équipages passent leur dernière nuit dans la position.

22 juin 1940
A 5h, les équipages du Haut-Poirer et des casemates rattachées partent en captivité. Les Allemands installent leurs drapeaux sur les blocs. De 9h15 à 11h, le bloc II de l'ouvrage de Rohrbach repousse une patrouille allemande et subit des tirs de canons antichars. Le Simserhof vient à bout de l'assaillant. Les Allemands compte 1 mort (adjudant Reske) et 3 blessés. A 16h, des pièces d'artillerie prennent position à l'Ouest de Singling et ouvrent tout de suite le feu sur le Welschhof. Refroidi par les pertes, le général Von Theissen recommande la prudence et interdit une attaque d'infanterie contre les ouvrages qui résistent encore. Dans la soirée, bombardement de la ville de Rohrbach. Signature de l'armistice dans la forêt de Compiègne. La moitié du territoire national est occupée.

23 juin 1940
A 8h30, les casemates de Singling se rendent, créneaux défoncés par l'artillerie adverse. De 9h30 à 12h, violents pilonnage du bloc I de Welschhof par 111 obus de 150 antibéton. Le mur de la chambre de tir est rapidement percé, la défense intérieure s'organise.

24 juin 1940
A 5h30, reddition de la casemate de Bining après une heure de violent bombardement. A 10h, reddition di Welschhof. Les Allemeands tentent d'obtenir des renforts en artillerie et en aviation nécessaires à la prise de Rohrbach. Dès l'après-midi, l'ouvrage brûle un maximum de munitions dans un dernier baroud d'honneur. Le Simserhof en fait de même avec ses canons de 75 sous tourelle et sous casemate, qui tirent pratiquement sans arrêt. A 22h30, dernier tir de protection exécuté par le Simserhof devant le bloc entrée de Rohrbach. A minuit trente minutes, les armes de l'ouvrage de Rohrbach cessent le feu, conformément aux clauses de l'armistice.

25 juin 1940
1h30, étrange bombardement de Binig par un avion non identifié, 2 allemands blessés. Journée calme, comme les cinq jours suivants. L'équipage prend l'air sur le massif de l'ouvrage en attendant les ordres.

30 juin 1940
Dernière messe célébrée par le chanoine Huet dans la galerie principale de l'ouvrage. 20h00, conformément aux ordres reçus, l'équipage invaincu quitte l'ouvrage de Rohrbach devant un détachement de la Wehrmacht qui rend les honneurs. Les Allemands prennent possession de l'ouvrage. La majorité des hommes subiront cinq années de captivité en Tchécoslovaquie. Les Alsaciens-Lorrains seront incorporés de force dans l'armée allemande et beaucoup tomberont sur le front de l'Est.

10 décembre 1944
Libération de Rohrbach. Les Allemands s'enfuient par le bloc III après avoir saboté les installations.

1950
L'Armée française répare et entretient la Ligne Maginot. L'ouvrage de Rohrbach fait partie du circuit de visite des stagiaires de l'Ecole du Génie dans le cadre du cours de fortifications.

1970
Abandon de l'ouvrage par l'Armée française et premiers actes de vandalisme (gaffe, on a les noms).

1987
Début de travaux et ouverture du site, grace au soutien de la mairie de Rohrbach-lès-Bitche.

8 septembre 1989
Joseph Koch fonde l'association à but non lucratif “Fort Casso”.

 
 

 Mentions légales          

Jean Puelinckx - Olivier Koch©   2002 - 2014