Chercher  
Fortifications Tchécoslovaques
Fortifications Tchécoslovaques
cz.fortiff.be
cz.fortiff.be

Fortifications Tchécoslovaques
Places fortes
Ouvrages
Casemates
Blockhaus
Chambres de coupure

Remember


Bienvenue sur le site

Actuellement, le site web des Fortifications Tchèques compte 597 ouvrages, casemates et blockhaus identifiés, tous accessibles par le moteur de recherche ci-dessus ou le menu hiérarchisé dans la colonne de gauche. Ces données sont complétées par 9 annexes. 521 sites sont illustrés par 10813 photographies, croquis et plans. Ces informations sont appuyées par 0 références bibliographiques et énormément de terrain. Le [forum] est ouvert et compte 1 sujet de discussion. [Consultez l'aide] pour en savoir plus.

Il existe de nombreux sites web traitant des fortifications tchèques. Ils sont généralement fort bien faits mais peu compréhensibles pour nous. La République Tchèque dispose d'un patrimoine fortificatif très important bien qu'en grande partie inachevé. Depuis La chute du rideau de fer j'y passe un temps appréciable et je ne résiste pas à l'envie de vous faire partager mes découvertes. Il faut ajouter que les gens y sont d'une très grande gentillesse et que le mot "accueil" a pour eu un véritable sens. Le coût de la vie et en particulier l'hébergement y est encore très abordable mais il tend à se rapprocher de ce que nous connaissons chez nous.

Il faut noter que si la totalité des fortifications ont été bâties par la Tchécoslovaquie, la partition fait qu'actuellement 75% des fortifications globales se trouvent en République Tchèque ainsi que la totalité des ouvrages et la quasi totalité des casemates d'intervale. Les autres casemates se trouvent dans le secteur de Bratislava, actuelle Slovaquie. Il faut aussi noter que si le terme Slovaquie est admis, celui de Tchéquie ne l'est pas et il faut donc parler de la République Tchèque.

Quelques explications de base

La quasi totalité des fortifications tchèques lourdes sont établies le long de la frontière nord séparant actuellement la République Tchèque de la Pologne. Cette ligne est divisée en plusieurs secteurs. Au sein des secteurs, les casemates sont tantôt numérotées d'ouest en est, tantôt d'est en ouest sans que nous ayons pu en obtenir une explication cohérente. Le menu de gauche reprend donc la numérotation locale mais fait néanmoins défiler la totalité des casemates d'ouest en est et du nord au sud. Il s'agit ici de la ligne de casemates principales. Les très nombreux abris légers pour une, deux ou trois armes légères généralement en arrière de cette ligne principale ne sont pas encore totalement inventoriés. Ils ne seront pas ignorés pour autant. Eux aussi sont tantôt numérotés dans un sens tantôt dans l'autre sans plus de motifs que pour les casemates. Les fortifications légères s'entendent sur toute la périphérie de la Tchécoslovaquie en une, deux et parfois trois lignes de résistance ce qui assure une profondeur de défense considérable. En sus, la ville de Prague dispose de deux ceintures disposées en demi cercle face à l'Allemagne à hauteur de Plzen et à hauteur de Beroun, généralement sur deux lignes de résistance tirant profit de cours d'eau et du relief.

En matière d'armement

On peut considérer, qu'à la veille de la signature du traité de Munich, une vingtaine de casemates étaient pratiquement terminées, en grande partie armées et opérationnelles. Elles pouvaient appartenir à des ouvrage ou pas, je vous le signalerai au coup par coup. Il existait différents type de cloches nommées "Zvon" en langage tchèque. Pour cette raison elles sont identifiées là-bas par la lettre Z suivie d'une autre lettre selon qu'il s'agit de cloches d'observation (ZP), de cloches pour mitrailleuses (ZN, ZD) ou de cloches pour mortiers (ZG?). Lorsque les cloches ne dépassent pas de la toiture de la casemate elles sont appellées coupoles et identifiées par les lettres KM (coupole jumelage) ou KD (coupole mitrailleuse). La grosse majorité des cloches étaient en place mais seule une minorité n'a pas été récupérée par les Allemands au cours de leur occupation des lieux. Une partie des cloches, démontées à l'explosif, ont été placées sur des casemates allemandes, une partie à été fondue pour en faire des munitions, une petite partie a été abandonnée sur le terrain sans doute faute de moyens de transport.Les ouvrages d'artillerie devaient disposer d'obusiers de 100 mm tantôt groupés par trois en façade tantôt groupés par deux sous tourelle. Une ou deux tourelles expérimentales étaient en cours de test aux usines Škoda à Mlada Boleslav mais aucune n'a jamais été mise en place. Les obusiers sous créneau et les coupoles pour mitrailleuses étaient toujours en cours de développement.

Des tourelles mitrailleuses, 2 x 75 et 2 x 105 étaient également prévues mais si un ou l'autre exemplaire à été fabriqué, aucun n'a été mis en place. En règle générale, les ouvrages qui disposaient de leurs cloches avaient également reçu les trémies d'embrasures et les portes cuirassées. Un grand nombre de trémies on été récupérées par les Allemands ce qui laissait les casemates à l'état d'épaves mais, des passionnés ont remis pas mal de ces épaves en parfait état. Le cloches de remplacement sont le plus souvent en béton, les trémies d'embrasures ont été copiées et remise en place et parfois les armes mixtes ont été retrouvées sur le mur de l'atlantique en scandinavie, c'est notament le cas pour le canon de 47 de la casemate N-S-82 Brezinka. Pour la casemate MO-S-19 Alej, le canon a été dissimulé à l'occupant, d'abord allemand puis soviétique, par un riverain, Monsieur Jan Polasek, que nous citons avec plaisir.

 
 Responsabilités

Nous insistons et précisons que ce site n'est nullement une invitation adressée au plus grand nombre d'aller parcourir les forts. Notre seule réelle invitation est de consulter avant toute autre chose la rubrique intitulée "DANGER" qui est consultable sur ce même site. Tout le monde n'a pas la chance ou le temps de solliciter les autorisations requises pour visiter les vieilles fortifications alors que nous nous attelons à le faire un maximum de fois. C'est pour avoir cette opportunité que nous fournissons des indications estimées utiles par le biais de cet index.

En aucun cas les concepteurs de ce site ne pourront être tenus pour responsables de l'imprudence ou d'accident survenu à qui que ce soit qui aille délibérément visiter un fort, ouvrage, batterie ou tout autre élément inventorié dans cet index, quand bien même cet élément fut-il renseigné "libre d'accès".

Certaines pages peuvent comporter des liens vers des sites externes relatifs au sujet. Nous déclinons toutes responsabilités en ce qui concerne leur contenu ou à leur fonctionnement.

 Droits d'auteurs

Les textes photos et autres informations contenues sur les pages de ce site Internet sont règies par le droit français, le droit belge et le Code International de la Propriété Intellectuelle. Nous poursuivons le contrefacteur.

 Les brèves

Un nouveau site est né ... des milliers d'heures de travail en perspective avec au bout la satisfaction d'avoir donné le maximum ... mais là on est vraiment encore très très loin du compte.

Actuellement nous sommes en train de modéliser toutes les casemates isolées ou appartenant à un ouvrage et qui n'ont pas été construites mais pour lesquelles il existe un projet de plan. Il faut environs 3 heures pour une casemate d'infanterie simple ou double, 6 heures pour une casemate d'artillerie ou une entrée d'ouvrage, parfois le double pour une casemate combinant entrée et artillerie. Les choses avancent bien.

Un nouveau reportage photographique, étalé sur une petite semaine, est prévu dans le courant du mois de septembre. Souhaitons que la météo soit clémente.

 Dernières mises-à-jour

         
Jean Puelinckx©   2002 - 2018