Chercher  
Index des fortifications belges
Index des fortifications belges
fortiff.be
fortiff.be

Accueil
Antwerpen (position fortifiée)
Ardennes
Dendermonde (place de)
Diest (place de)
Dinant (fort ou citadelle de)
Gand/Gent (tête de pont de)
Huy (fort de)
KW (ligne)
Waterloo - Ninove (bretelle)
Liège (position fortifiée de)
   Le château de Franchimont
   La Chartreuse
   La Citadelle
   PFL 1
   PFL 2
      Barchon (fort de)
      Boncelles (fort de)
         Historique
         La tour d'air
         Projet
         Avancement
      Chaudfontaine (fort de)
      Embourg (fort d')
      Evegnée (fort d')
      Flémalle (fort de)
      Fléron (fort de)
      Hollogne (fort de)
      Lantin (fort de)
      Liers (fort de)
      Lixhe (fort de)
      Loncin (fort de)
      Pontisse (fort de)
      Rochette (fort de la)
      Fortins PFL 2
      Magnée (avancée de)
      Micheroux (avancée de)
   PFL 3
   PFL 4
   Centraux téléphoniques
   Spa Malchamps (stand de tir)
Liège-Antwerpen
Meuse (ligne Dinant-Liège)
Vallée du Hoyoux (ligne Cointet)
Namur (position fortifiée de)
Oostende (place d')
Avis de recherche



[b43]           

Boncelles (Historique de) [1]

Suite à la guerre de 1870, le général Henri-Alexis BRIALMONT proposa en 1882 le verrouillage de la Meuse par deux places fortifiées: Liège et Namur. La construction des ouvrages militaires débuta en 1888 pour se terminer en 1892. Le fort de BONCELLES était l'u ndes douze forts construits autour de Liège. Il fut le théâtre de violents combats en août 1914 et en mai 1940.

En 1914n le fort résista héroïquement plusieurs jours aux assauts des troupes prussiennes très largement supérieures en nombre... En 1940, le commandant Numa Charlier perdit la vie, ainsi que de nombreux soldats lors de violents bombardements effectués par l'aviation et l'artillerie allemande. Après des jours de durs combats et d'âpre résistance, le fort fut investi par les "troupes de choc" ennemies.

Le fort fut transformé par l'occupant durant la période 1914-1918, puis par les Belges entre 1918 et 1940. Durant la période 1940-1944 il fut encore occupé, modifié et il servit de position d'artillerie anti-aérienne (Flak) contre les bombardiers anglo-américains. Après la guerre il fut converti en dépôt militaire, puis vendu à la commune de Seraing en 1983. Un large projet urbanistique a presque totalement enseveli le fort. Actuellement (2006) il ne subsiste plus que la poterne d'entrée, la tour d'air, une partie du massif central, le monument aux comabtants tombés pour la Patrie, un cimetière tout proche et deux bunkers dans les bois à quelques centaines de mètres du fort.

 
 

          
Jean Puelinckx - Luc Malchair©   2002 - 2014