Chercher  
Index des fortifications belges
Index des fortifications belges
fortiff.be
fortiff.be

Accueil
Antwerpen (position fortifiée)
Ardennes
Dendermonde (place de)
Diest (place de)
Dinant (fort ou citadelle de)
Gand/Gent (tête de pont de)
Huy (fort de)
KW (ligne)
Waterloo - Ninove (bretelle)
Liège (position fortifiée de)
   Le château de Franchimont
   La Chartreuse
   La Citadelle
   PFL 1
      Positions avancées
      Aubin-Neufchâteau (fort d')
      Battice (fort de)
      Eben-Emael (fort d')
         Bloc 1
         Bloc 2
         Bloc 4
         Coupole Sud
         Coupole Nord
         Coupole 120
         Bloc 6
         Maastricht 1
         Maastricht 2
         Visé 1
         Visé 2
         Mi Nord
         Mi Sud
         Canal Nord
         Canal Sud
         Observatoire
         Cheminée
         Sous-sol
      Tancrémont (fort de)
      Sougné-Remouchamps (fort de)
      Waides (fort des)
      Intervalles PFL 1
      Organigramme 1940
      Armement allemand
   PFL 2
   PFL 3
   PFL 4
   Centraux téléphoniques
   Spa Malchamps (stand de tir)
Liège-Antwerpen
Meuse (ligne Dinant-Liège)
Vallée du Hoyoux (ligne Cointet)
Namur (position fortifiée de)
Oostende (place d')
Avis de recherche



[e7]           

Eben-Emael - Coupole 120 [8]

Fierté de l'ouvrage, cette coupole était la seule coupole de 120 du fort ce qui est étonnant pour une emprise militaire d'une telle envergure. A titre de comparaison, le fort de Battice, pourtant nettement plus petit disposait de deux coupoles de 120 et d'une coupole de 120 factice. Deux coupoles factices de 120 se trouvaient également sur le fort d'Eben-Emael et ont été attaquées. Tous les secret de fort n'étaient donc pas connus de l'ennemi. Coupole 120 a elle aussi fait l'objet d'une tentative de neutralisation par le placement d'une charge creuse juste au-dessus de l'un des deux canons. Cette tentative était inutile, les canons n'étant pas en mesure de faire feu suite à l'absence des percuteurs réels. Seuls les percuteurs d'exercice étaient disponibles et d'aucun penseront à un sabotage qui n'a pas pu être formellement établi. La coupole de 120 n'est pas éclipsable et les bouches des canons ne peuvent être dissimulées. La rotation peut se faire manuellement ou électriquement et l'une des photos de droite montre l'intégrateur de ces deux commandes. Les canons étaient mis en batterie à l'aide de chaînes impressionnantes. Les obus de 120 montaient par un double monte-charge dans un sas. La coupole était alimentée en eau de refroidissement par une pompe volumétrique électrique et manuelle à trois corps disposée au pied du bloc. Des chariots citerne pouvaient prendre place dans les monte-charges pour remplacer ou pour renforcer la conduite d'eau. Comme les autres blocs de combat, coupole 120 pouvait être isolée de la forteresse par deux sas avec des portes hermétiques, des barages de poutrelles et des sacs de sable. Ce dispositif a prouvé son efficacité lors de l'attaque de Maastricht 1.

 
 

          
Jean Puelinckx - Luc Malchair©   2002 - 2014