Chercher  
Index de la fortification francaise 1874 - 1914
Index de la fortification francaise 1874 - 1914
iff.fortiff.be
iff.fortiff.be

Accueil

Aquitaine
Basse-Normandie
Bourgogne
Bretagne
Champagne-Ardennes
Corse (la)
Franche-Comté
Haute-Normandie
Ile-de-France
Languedoc-Roussillon
Lorraine
Midi-Pyrénées
Nord-Pas-de-Calais
Pays de la Loire
Picardie (région de)
Poitou-Charentes
Provence-Alpes-Côte d'Azur
   04 Alpes-de-Haute-Provence
      Colmars (place de)
      Entrevaux (place d')
      Saint-Vincent-les-Forts (carte)
      Saint-Vincent-les-Forts (place de)
         Chatelard (batterie du)
         Chaudon (caserne défensive du)
         Chaudon (redoute du)
         Col Bas (batterie du)
         Courtigis (caserne de)
         Dormillouse (batterie de)
         Joubert (fort)
         Pas de la Tour (poste du ravin du)
         Saint-Vincent (fort de)
         Tour (poste du ravin du Pas de la)
      Seyne ou Seyne-les-Alpes (place de)
      Sisteron (place de)
      Tournoux (carte)
      Tournoux (place de)
   05 Hautes-Alpes
   06 Alpes-Maritimes
   13 Bouches-du-Rhône
   83 Var
   84 Vaucluse
Rhône-Alpes
Outremer

Glossaire
Armement
FortifàLire



  [c140]               

Chaudon (redoute du) [1]

Place de Saint-Vincent, sud de la place. 1879-1883. 1318 m/alt. Très proche (400 m au SSE) du fort de Saint-Vincent, voilà un exemple d’appellation peu compréhensible car cette redoute est bien une batterie. Certes son casernement est casematé et partiellement crénelé, tel un réduit, mais le terme redoute ne se justifie, selon nous, pas du tout. Établie sur une crête rocheuse, cette batterie était devancée par un fossé sec aujourd’hui pratiquement entièrement comblé. Ce fossé était défendu par une petite caponnière double présentant la particularité d’avoir une seule de ses deux faces incurvée, brisée en chevron rentrant. La gorge, à contrepente et apparemment ouverte, voyait ses approches défendues depuis les créneaux de tir du casernement. Néanmoins, la présence d’un mur percé de créneaux côté Ubaye tend à laisser croire à la présence d’un mur semblable à la gorge, mur aujourd’hui disparu. Nous n’avons trouvé aucun plan de l’ouvrage, donc sommes contraints à l’emploi du conditionnel. Son artillerie (de 4 à 6 voire 8 pièces maximum) prenait place entre des traverses-abris (deux demeurent visibles, débarrassées de leurs terres de couverture) sur un cavalier surmontant des casemates. Là s’arrête notre description car la redoute est aujourd’hui une propriété privée, manifestement bien entretenue, et lors de notre passage (05/2008), le propriétaire était absent. Nous ne sommes donc pas en mesure d’en écrire plus.

 
 

 Mentions légales      Vos données personnelles           

Comité de sauvegarde du Patrimoine historique du Fort de Hollogne - Luc Malchair - Marco Frijns - Jean-Jacques Moulins - Jean Puelinckx©   2002 - 2016