Chercher  
Index de la fortification francaise 1874 - 1914
Index de la fortification francaise 1874 - 1914
iff.fortiff.be
iff.fortiff.be

Accueil

Aquitaine
Basse-Normandie
Bourgogne
Bretagne
Champagne-Ardennes
Corse (la)
Franche-Comté
Haute-Normandie
Ile-de-France
Languedoc-Roussillon
Lorraine
Midi-Pyrénées
Nord-Pas-de-Calais
Pays de la Loire
Picardie (région de)
Poitou-Charentes
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Rhône-Alpes
   01 Ain
   26 Drôme
   38 Isère
   69 Rhône
   73 Savoie
      Albertville (carte)
      Albertville (place d')
      Bourg-Saint-Maurice (carte)
      Bourg-Saint-Maurice (place de)
         Courbaton (batteries du)
         Courbaton (magasin du)
         Desserteaux (baraquement capitaine)
         Deux mille (fort des)
         Leuchelet (batterie du)
         Pain Perdu (ouvrage de la crête de)
         Platte (blockhaus de la)
         Redoute Ruinée (ouvrage de la)
         Roc Noir (batterie du)
         Têtes (batterie des)
         Truc (fort du)
         Vulmix (batterie de)
      Chamousset (carte)
      Chamousset (place de)
      Chamousset-Châteauneuf (position fortifiée de)
      Lanslebourg-Mont-Cenis (place de)
      Modane (carte)
      Modane (place de)
      Saint-Michel-de-Maurienne (place de)
Outremer

Glossaire
Armement
FortifàLire



[p245]          

Pain Perdu (ouvrage de la crête de) [4]

Place de Bourg-Saint-Maurice, nord-est de la ville, 189? 2418 m alt. Le moins que l’on puisse écrire, est qu’il s’agit là d’un projet méconnu. Nous avons eu l’opportunité de consulter un dossier comprenant un plan de situation, une esquisse de plan d’ouvrage et quatre coupes. La situation, c’est environ 300 mètres au sud-ouest de la Redoute Ruinée, sur la même crête. D’ailleurs, le plan de situation est intitulé "Organisation défensive de la crête de Pain Perdu". Le tracé de la Redoute Ruinée figurant sur ce plan montrant le bastionnet du front sud et l’escarpe qui y est rattachée, semble indiquer que ce plan de situation, donc le projet, daterait d’entre 1897 et 1901. L’ouvrage aurait eu une forme trapézoïdale dont le plus long front aurait épousé la crête rocheuse. Une esplanade formant la cour, aurait été déroctée et attachée à l’angle sud-est de l’ouvrage. L’entrée, probablement du type Redoute Ruinée, voire bardée de simples pilastres, aurait donné sur cette cour, mais le plan n’en précise pas la situation. Un casernement d’au moins quatre chambrées, mais de taille relativement modeste, aurait été creusé dans le roc, dos à la crête, avec les façades donnant sur la cour en question. Une rampe naissant à la gauche du casernement aurait permis, après un virage de 90° sur la droite, de gagner un chemin en tranchée naissant un niveau plus haut que l’arrière droit du casernement. Ce chemin en pente ascendante prononcée, avec un seul bref replat en son milieu, aurait filé droit sur l’angle nord de l’ouvrage pour s’y engouffrer dans un tunnel de 10 à 15 mètres de longueur consistant, en fait, en une casemate à tir direct avec vues optimales sur le col du Petit Saint-Bernard. Les flancs du trapèze comprennent bon nombre de cotes et de traits que nous ne pouvons interpréter. Un mur à bahut apparaît sur les coupes. Hormis celui-ci, un bastionnet à l’angle oriental aurait pris en charge la défense des fronts nord-est et sud-est. En fin de compte, l’emplacement de cet ouvrage ne sera occupé que par un poste optique, et encore, ne pouvons-nous préciser s’il consistait en une bâtisse ou en une simple base pour un appareillage portatif. Aujourd’hui (06/2006), une borne fontaine se situe au bord de la route à peu près à hauteur de l’emplacement de l’ouvrage, emplacement totalement libre d’accès.

 Mentions légales      Vos données personnelles          

Comité de sauvegarde du Patrimoine historique du Fort de Hollogne - Luc Malchair - Marco Frijns - Jean-Jacques Moulins - Jean Puelinckx©   2002 - 2014