Chercher  
Index de la fortification francaise 1874 - 1914
Index de la fortification francaise 1874 - 1914
iff.fortiff.be
iff.fortiff.be

Accueil

Aquitaine
Basse-Normandie
Bourgogne
Bretagne
Champagne-Ardennes
Corse (la)
Franche-Comté
Haute-Normandie
Ile-de-France
Languedoc-Roussillon
Lorraine
Midi-Pyrénées
Nord-Pas-de-Calais
Pays de la Loire
Picardie (région de)
Poitou-Charentes
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Rhône-Alpes
   01 Ain
   26 Drôme
   38 Isère
   69 Rhône
   73 Savoie
      Albertville (carte)
      Albertville (place d')
      Bourg-Saint-Maurice (carte)
      Bourg-Saint-Maurice (place de)
         Courbaton (batteries du)
         Courbaton (magasin du)
         Desserteaux (baraquement capitaine)
         Deux mille (fort des)
         Leuchelet (batterie du)
         Pain Perdu (ouvrage de la crête de)
         Platte (blockhaus de la)
         Redoute Ruinée (ouvrage de la)
         Roc Noir (batterie du)
         Têtes (batterie des)
         Truc (fort du)
         Vulmix (batterie de)
      Chamousset (carte)
      Chamousset (place de)
      Chamousset-Châteauneuf (position fortifiée de)
      Lanslebourg-Mont-Cenis (place de)
      Modane (carte)
      Modane (place de)
      Saint-Michel-de-Maurienne (place de)
Outremer

Glossaire
Armement
FortifàLire



[r26]          

Redoute Ruinée (ouvrage de la ou fort de la) [9]

Place de Bourg-Saint-Maurice, NE de la ville, 1892-1894 (1891-1892 selon un document de la chefferie de Chambéry daté du 11 juillet 1934). 2402 m/alt. 150 hommes. Souvent appelée "baraquement Capitaine Desserteaux", appellation n’ayant eu cours qu’après 1945, suite à l’héroïque défense de cet officier avec sa poignée d’hommes en juin 1940. Son appellation première provient de la proximité d’une ancienne redoute sarde établie peu à l’est sur un replat et dont il ne subsiste pratiquement rien. Véritable petit fort assit sur une arête rocheuse, avec pont-levis et escarpe surmontée d’un mur défensif en béton maigre (peu de laitance, simple caillasse trempée). Un casernement long d’une quarantaine de mètres et formant chevron est adossé au roc en place, étant de la sorte protégé des vues depuis le col du Petit Saint-Bernard. Au total, on y trouve une vingtaine de locaux auxquels il convient d’en ajouter trois, tous s’ouvrant sur le couloir de circulation arrière du casernement, soit, d’ouest en est : un petit abri caverne long d’une douzaine de mètres, une citerne creusée perpendiculairement au couloir du casernement et un local abri en arrière d’une casemate (datant de l’Entre-deux-guerres) pour une mitrailleuse battant le col du Petit Saint-Bernard. La pointe est de l’ouvrage fait penser à la proue d’un navire. Quelques locaux sont établis au nord côté col du Petit Saint-Bernard, dont les latrines. Les combats de 1940 et 1944 ont considérablement dégradé le site qui avait reçu quelques améliorations dans les années 1930’. Haut lieu de la résistance de l’armée des Alpes face à l’envahisseur italien, les rochers sont constellés d’inscriptions gravées. Site à l'abandon, dangereux et interdit d’accès par arrêté municipal daté du 11 août 2005. Accès difficile en voiture.

 
 

 
 

 Mentions légales      Vos données personnelles          

Comité de sauvegarde du Patrimoine historique du Fort de Hollogne - Luc Malchair - Marco Frijns - Jean-Jacques Moulins - Jean Puelinckx©   2002 - 2014