Chercher  
Index de la fortification francaise 1874 - 1914
Index de la fortification francaise 1874 - 1914
iff.fortiff.be
iff.fortiff.be

Accueil

Aquitaine
Basse-Normandie
Bourgogne
Bretagne
Champagne-Ardennes
Corse (la)
Franche-Comté
Haute-Normandie
Ile-de-France
   75 Paris
   77 Seine-et-Marne
   78 Yvelines
      Aigremont (fort d')
      Arches (batterie des)
      Arcy (batterie du Bois d')
      Auberderie (batterie de l')
      Bois d'Arcy (batterie du)
      Bouviers (batterie de)
      Bouviers (batterie du ravin de)
      Camp de la Jungle (batterie du)
      Champ de Mars (batterie du)
      Chapelle Saint-Jean (batterie de la)
      Docks (batterie des)
      Gally (batterie du Ru de)
      Haut Buc (fort du)
      Jonchère (ouvrage de la)
      Jungle (batterie du Camp de la)
      Marly (batterie de)
      Noisy-le-Roi (batterie de)
      Orgeval (fort d')
      Porte du Désert (batterie de la)
      Ravin de Bouviers (batterie/redoute du)
      Réservoir (batterie du)
      Ru de Gally (batterie du)
      Saint-Cyr (batterie de la station de)
      Saint-Cyr (fort de)
      Sainte-Gemme (fort de)
      Saint-Jean (batterie de la chapelle)
      Saint-Jamme (fort de)
      Tressancourt (fort de)
      Triel (fort de)
      Trou d'Enfer (réduit du)
      Villers-le-Sec (fort de)
   91 Essonne
   92 Hauts-de-Seine
   93 Seine-St-Denis
   94 Val-de-Marne
   95 Val-d’Oise
Languedoc-Roussillon
Lorraine
Midi-Pyrénées
Nord-Pas-de-Calais
Pays de la Loire
Picardie (région de)
Poitou-Charentes
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Rhône-Alpes
Outremer

Glossaire
Armement
FortifàLire



[b195]          

Bouviers (batterie de) [9]

Place de Paris, SO de la ville, 1879. Complément du fort du Haut-Buc sis sur le plateau de Satory (alt. de 178 à 183 m). 18 pièces, 209 hommes. Petit trapèze aux fossés défendus par deux caponnières doubles (gorge et saillant III) et un aileron (saillant II). Au centre de la batterie se trouvait le casernement à huit travées (2 + couloir + 4 + couloir + 2). En tout, elle comprenait 9 traverses creuses plus 2 pleines, ces dernières occupant la crête d’infanterie protégeant les glacis à la gorge. La traverse n° 2 abritait un magasin à poudre d’une contenance de 40.000 kg, tandis que la n° 8 était aménagée en magasin d’artillerie. Le site aurait été occupé par une usine Hispano Suiza qui aurait été détruite en 2003. Aujourd’hui (03/2007), seuls subsistent le casernement et l’entrée, cette dernière dépourvue de sa caponnière. Les fossés sont remblayés et le magasin à poudre a disparu. Ceci étant, les éléments subsistants ont fait l’objet d’une restauration exemplaire mettant en valeur les nombreux artifices architecturaux des façades bien plus travaillées qu’à l’ordinaire. Au fronton de l’entrée, outre le nom de la batterie et le chronogramme, est enrichi non pas d’une cuirasse du Génie comme souvent, mais bien d’un mortier représentant à s’y méprendre un mortier de 15 c à l’échelle 1/1. Les locaux abritent maintenant un restaurant et des studios, tandis qu’une salle de spectacle a été élevée dans la cour gauche. Une école municipale de musique devrait sous peu être construite en arrière de la caserne. Lors de notre passage, le 19 mars 2007, une entreprise de plantations mettait la touche finale à la restauration. Notons qu’une seconde batterie dite du ravin de Bouviers se situait, isolée, peu à l’ouest. Parfois désignée en tant que redoute.

 
 

 
 

 Mentions légales      Vos données personnelles          

Comité de sauvegarde du Patrimoine historique du Fort de Hollogne - Luc Malchair - Marco Frijns - Jean-Jacques Moulins - Jean Puelinckx©   2002 - 2014