Chercher  
Index de la fortification francaise 1874 - 1914
Index de la fortification francaise 1874 - 1914
iff.fortiff.be
iff.fortiff.be

Accueil

Aquitaine
Basse-Normandie
Bourgogne
Bretagne
Champagne-Ardennes
Corse (la)
Franche-Comté
Haute-Normandie
Ile-de-France
Languedoc-Roussillon
Lorraine
Midi-Pyrénées
Nord-Pas-de-Calais
Pays de la Loire
Picardie (région de)
Poitou-Charentes
Provence-Alpes-Côte d'Azur
   04 Alpes-de-Haute-Provence
   05 Hautes-Alpes
   06 Alpes-Maritimes
   13 Bouches-du-Rhône
   83 Var
      Camarat (relais optique du cap)
      Hyères (îles d')
      Toulon (place de)
         Aiguillette (fort de l')
         Artigue (redoute puis fort d')
         Artigues (magasin d')
         Balaguier (fort de)
         Bandol (batterie de)
         Basse Malgue (batterie de la)
         Bau Pointu (ouvrage du)
         Bau Rouge (batterie du)
         Bayarde (batterie de la)
         Beaumont (batterie de la tour)
         Bonaparte (batterie)
         Brun (fort du Cap)
         Brun (batterie basse du Cap)
         Brun (batterie haute du Cap)
         Butte (batterie de la)
         Canets (batterie des)
         Cap Brun (batterie et fort du)
         Cap Gros (fort du)
         Cap Nègre (batterie du)
         Carraque (batteries de la)
         Carqueiranne (batteries de)
         Caserne (batterie de la)
         Caume (ouvrages du Mont)
         Centrale (batterie)
         Cépet (batterie du)
         Cépet (batterie annexe de la batterie du cap)
         Cépet (batterie basse du cap)
         Claffard (batterie du)
         Colle Noire (batteries annexes du fort de la)
         Colle Noire (fort de la)
         Colle Noire (magasin de la)
         Coudon (batterie nord du)
         Coudon (batterie sud du)
         Coudon (fort du)
         Coudoulière (batterie de la)
         Creux-Saint-Georges (batterie du)
         Cride (batterie de la)
         Croix Faron (fort de la)
         Croix des Signaux (position de la)
         Croupatier (fort du)
         Croupe Lamalgue (batteries de la)
         Ducuing (fort commandant)
         Embiez (fort de l’île des)
         Eguillette (batterie de l’)
         Eguillette (fort de l’)
         Eperon Saint-Georges (batterie de l')
         Est (fort de l’)
         Fabrégas (batterie de)
         Faron (crémaillère du)
         Gavaresse (fortin de la)
         Girardon (fort du lieutenant)
         Gros (fort du Cap)
         Gros Bau (batterie du)
         Gros Cerveau (ouvrages du)
         Gros Rocher (batterie du)
         Grosse Tour (batterie de la)
         Lamalgue (batterie basse de la)
         Lamalgue (batteries de la Croupe)
         Las (poudrières de la vallée du)
            Chapelle des Forçats (poudrière de la)
            Lagoubran (poudrière de)
            Landré (poudrière ou poudrière de)
            Milhaud (poudrière de)
            Moulins (poudrière des)
            Routes (poudrière des)
            Saint-André (poudrière)
            Saint-Antoine (poudrière)
            Saint-Pierre (poudrière)
         Lauve (batterie de la)
         Lauze (batterie de la)
         Lazaret (batterie basse du)
         Lazaret (batteries hautes du)
         Levant (batteries de l’île du)
         Mar Vivo (batterie de)
         Marégau (batterie de)
         Marigot (batterie du)
         Mont Caume (position du)
         Mont Faron (ensemble fortifié du)
         Mord'huy (batterie de)
         Musoirs (batteries des)
         Napoléon (batterie)
         Nègre (batterie du Cap)
         Pas de Leydet (retranchement du)
         Pas de la Masque (batterie du)
         Pas de la Masque (caserne du)
         Pas de la Masque (retranchement du)
         Péno (batterie du)
         Peyras (batterie annexe de)
         Peyras (batterie de)
         Piastre (batteries de la)
         Pin de Galle (batterie du)
         Pins (batterie des)
         Pipaudon (fort du)
         Pointe (ouvrage de la)
         Polygone (batterie du)
         Puits (batterie du)
         Rascas (poste photo-électrique de)
         Roseaux (poste photo-électrique des)
         Sablettes (batterie des)
         Saint-Antoine (fort du gd)
         Saint-Elme (batterie de)
         Saint-Elme (fort de)
         Saint-Georges (batterie de l'éperon)
         Saint-Georges (batterie du Creux)
         Saint-Louis (fort)
         Saint-Mandrier (batterie de l'hôpital)
         Saint-Pierre-des-Embiez (batterie)
         Sainte-Marguerite (batteries de)
         Salut (batterie du)
         Sicié (poste photoélectrique du)
         Six Fours (fort de)
         Touar (fort de)
         Ubac (tour de l')
         Vigie de Giens (ouvrage de la)
   84 Vaucluse
Rhône-Alpes
Outremer

Glossaire
Armement
FortifàLire



[l136]          

Las (poudrières de la vallée du) [3]

Place de Toulon, ONO de la ville, altitude de 22 (P1) à 39 mètres (P4). Série de quatre poudrières bâties entre 1877 et 1887 sur la rive droite du Las dans quatre collines de faible hauteur à l'abri à l'ouest du Mont Faron. Les autorisations ministérielle, dépêche du même et jugement du tribunal de Toulon sur les autorisations préalables à leur construction, cités dans le Fond Joseph [remis par la famille à la Société des Amis du Vieux Toulon et de sa Région], sont toutes du premier semestre 1877. La construction pouvait raisonnablement débuter courant 1877 et la mise en service en 1880. Constituant les magasins centraux de la Marine et servant jadis au stockage tant des poudres des navires que de celles de la défense côtière, elles sont implantées le long d'une voie ferrée de 3600 mètres dérivée, vers le NNE, de la ligne P.L.M. (Paris-Lyon-Méditerranée) actuellement S.N.C.F. en longeant le boulevard de l'Escaillon, puis le chemin des Poudrières, le boulevard d'Orléans et la rue Jean Guiton pour arriver, après 1800 mètres à la premières poudrière dite "des Routes". Continuant son tracé, la voie enjambait alors l'avenue de Rigoumel par un pont, maintenant détruit, et longeait le chemin de la Baume pour arriver, après 600 mètres, à la seconde poudrière dite "de Saint Antoine". Continuant à longer le chemin de la Baume, la voie passait par dessus le chemin de la Baume, ex Vieux chemin de Rigoumel, grâce à un pont dont il ne subsiste que la pile sud pour rejoindre 600 mètres plus loin, à l'extrémité de la rue du Castellas, la troisième poudrière dite 'de Saint André". Par dessus le chemin des Fours à Chaux et le chemin du Val d'Aigues, dont les ponts ont également été détruits, elle gagnait au terme de 600 nouveaux mètres la colline Saint-Pierre qui abritait la quatrième poudrière dite des "Etablissements de la colline Saint-Pierre". La totalité du tracé de la voie, déjà partiellement en friche et aujourd'hui (07/2007) handicapé par l'installation récente d'une conduite d'égouttage qui permet le raccordement direct des eaux usées du Nord et Nord-Ouest de Toulon à la station de traitement Amphitria, sous la massif du Cap Sicié, sans passer par la station de pompage de Castigneau, est actuellement menacé par l’enfouissement d'une ligne de 225 KV, nécessaire à la sécurisation de l’alimentation électrique de la Communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée [TPM]; il remplace et complète des installations aériennes en 63 KV qui ainsi disparaîtraient du paysage environnant. Un projet visant à prolonger la ligne de chemin de fer jusqu'à la pyrotechnie de Tourris n'a jamais vu le jour. Les quatre poudrières identiques ont été construites dans une tranchée ouverte et comblée après la construction d'une nef en plein cintre de 10 x 10 x 50 m. Dans cette nef on a construit une soute dont les dimensions intérieures sont de 8,50 x 45,50 et 7,60 m de hauteur pour l'entreposage de 250.000 kg de poudre, chacune, sur deux niveaux. Quatre créneaux à lampe éclairent le fond de chaque niveau. Quatre autres créneaux à lampe éclairent l’avant de l’étage supérieur. Les fumivores, d’un diamètre de 8 cm, débouchent sous la voûte de la nef. En bout de soute, nous trouvons un puits de lumière d’un diamètre de 3 m lequel pouvait, le cas échéant, permettre d'évacuer vers le haut les premiers gaz d'une éventuelle explosion. La pression excédentaire se serait expansée également par l'avant et l'arrière de la soute dans les vides latéraux laissés entre elle et la nef. En cas d'explosion, la destruction de la voûte libèrerait un nouvel espace très important entre la soute et la nef. Cet espace comporte également un puits de 3 m de diamètre. Le sommet de ces puits est équipé d’une structure métallique supportant une toiture conique en tôle de zinc. La structure métallique supporte également les renvois de câbles qui permettent de lever et d’abaisser deux panneaux semi-circulaires qui règlent la ventilation dans la poudrière. La manœuvre s’effectuait à l’aide d’un treuil fixé en haut et à l’extérieur du puits. Entre les montants verticaux de la structure métallique, un grillage empêche de se pencher par-dessus le muret ou de jeter quelque chose dans le puits. Un important dispositif câblé parcourt le sommet de tous les murs du retranchement sommital. Il possède plusieurs pointes parafoudres et relie également toutes les parties métalliques à la terre en deux points facilement identifiables. L’un au sommet et à l’arrière des poudrières, l’autre à l’avant, aux abords de l’entrée. Les parois de la soute ont une épaisseur de 60 cm. Celles de la nef, une épaisseur de 120 cm appuyée contre le massif. La façade a, quant à elle, une épaisseur de 5 m. Elle est percée d'une baie voûtée de 3,25 m de large x 3,20 m de haut pour la manutention des poudres et de deux ouvertures pour le personnel. Les portes en bois, de dix centimètres d'épaisseur, sont doublées à l'extérieur d'une tôle fine et fixées par des gonds en métal ferreux. L'apport d’air frais et l’évacuation des eaux de condensation est assuré par deux caniveaux de forte section allant d'un bout à l'autre de la construction et qui débouchent dans le quai de la voie ferrée. De fortes grilles, également en métal ferreux, garnissent les ouvertures des caniveaux. Les façades, bien qu'identiques, s'adaptent à la configuration du terrain. Le sommet des poudrières est aménagé en retranchement d'infanterie avec de nombreux créneaux de fusillade.

 
 

 Mentions légales      Vos données personnelles          

Comité de sauvegarde du Patrimoine historique du Fort de Hollogne - Luc Malchair - Marco Frijns - Jean-Jacques Moulins - Jean Puelinckx©   2002 - 2014